CANDY SHOWTIME : A dévorer des yeux !

RETAIL IN ...

Une des choses qui m’ont frappées, lors de ce voyage à Tokyo, c’est la capacité des tokyoïtes à manger n’importe quoi à n’importe quelle heure et surtout de voir les jeunes filles, sveltes comme tout, dévorer des sucreries à longueur de journée !  Ce n’est donc pas sans raison que cette entreprise australienne, de Melbourne, s’est implantée ici, se réinventant complétement pour s’adapter au marché japonais et leur permettre ainsi de produire les meilleurs bonbons artisanaux au monde !

Cette petite boutique de Cat Street, est une attraction en soi; quelques m2 à l’intérieur desquels s’agglutine une foule de curieux de tous âges ! De longues étagères sur lesquelles s’alignent des petits pots tantôt remplis de bonbons colorés, tantôt garnis de sucettes toutes aussi appétissantes les unes que les autres, rivalisant d’originalité : en forme de lèvres rouges, de moustache noire  ou de cœurs  multicolores  !

Mais le spectacle, qui…

View original post 195 mots de plus

NEW BALANCE : Place au mouvement !

RETAIL IN ...

Après ONITSUKA TIGER, passage par la boutique NEW BALANCE ! L’immeuble devrais-je dire, car la marque se déploie dans un bâtiment de verre qui s’étale sur 4 niveaux.

Un peu d’histoire pour commencer : Fondée à Boston en 1906, la société fabriquait à l’origine, des soutiens de voute plantaire. Surtout spécialisée dans les chaussures de course à pied, New balance est aujourd’hui la 4ème marque mondiale de chaussures de sport.

Depuis plus de 100 Ans, New balance s’est consacré à la mise en mouvement du monde qui l’entoure, persuadé que « l’homme est né pour bouger ».  C’est donc tout naturellement qu’ils ont choisi comme devise : « Notre but: vous aider à atteindre les vôtres ».  Le travail de New balance consiste donc à aider les athlètes professionnels à battre des records et à gagner des médailles, à propulser les sportifs de tous les jours à atteindre de nouveaux records personnels ou juste…

View original post 458 mots de plus

DESCENTE : l’esprit de performance !

RETAIL IN ...

   
Cette marque japonaise, à l’origine d’équipement pour le ski et les ports de glisse, créée en 1935 à Osaka, tire son nom du terme français « descente » à ski.  son logo, composé de 3 flèches, symbolise les trois techniques de base du ski à savoir le schuss, la traversée et le dérapage. Ce symbole incarne pour la marque la recherche de performance et l’orientation vers l’avenir.  Elle développe des produits technologiques, associant tissus techniques et qualité de pointe. Le design de ses produits a d’ailleurs été régulièrement primé et ses vêtements plébiscités par des millions de skieurs et d’athlètes, au point d’être la marque officielle d’équipes nationales, bien loin des frontières du pays.

Avec le développement de la gamme qui s’est étendue d’abord aux sports de vitesse puis au « lifestyle », Descente a ouvert ses propres boutiques, au design soigné et original.

La boutique d’Harajuku, découpe sa vitrine au milieu d’une…

View original post 182 mots de plus

10 jours à TOKYO, la ville qui ne dort jamais – Intro

Quand on a vu New York et que l’on s’est nourri de l’énergie qu’elle dégage à chaque coin de rue, difficile d’imaginer qu’il existe plus grand (beaucoup plus grand !), plus haut, plus contrasté, plus lumineux, plus fréquenté et surtout plus bruyant,.. vraiment plus bruyant!

Lorsque l’on arrive à Tokyo ce qui vous frappe d’abord c’est le monde.  Le train qui vous amène de l’aéroport, vous laisse sans voix dans une gare noire de monde (quelle que soit la gare !): des milliers de personnes qui se croisent, avec empressement mais sans bousculade.  Une fois sorti de la gare, c’est le « bruit » qui vous surprend (même si le monde est toujours là, surtout si le quartier de Shibuya est votre destination, nous aurons l’occasion d’en reparler): à la fois sonore, bien sur, mais aussi visuel ! Des hauts parleurs dans les rues, qui diffusent une musique forte dés le matin, des raccoleurs devant les commerces, juchés sur des podiums de fortune pour vous inviter à profiter de leur offre commerciale, des écrans lumineux sur tous les immeubles qui entourent la gare à l’instar d’un Times Square démultiplié. Bref, le dépaysement est immédiat !

Arrivée dans la capitale japonaise pour explorer son commerce et ses innovations retail, un roadbook de 600 pages à la main : mais par quoi commencer ?

Parce que Tokyo, décidément, n’est pas New York !  Autant la ville Américaine est quadrillée d’avenues et de rues parfaitement parallèles ou perpendiculaires, autant le plan de Tokyo n’est qu’enchevêtrements de rues et de ruelles, où gratte-ciels, centres commerciaux, petites boutiques et maisons traditionnelles s’emboitent sans rigueur, sans doute un héritage de ce qu’était  Edo avant de devenir la ville moderne que nous connaissons!

Pas facile de s’y retrouver ! Pourtant cette mégapole de prés de 14 millions (et 43 millions pour son agglo) a son propre découpage en 23 arrondissements, partagés eux-mêmes en quartiers, eux mêmes découpés en « chome » dont le numéro se retrouve sur les adresses postales, pas toujours simple à décoder !

Par chance, les quartiers sont souvent assez spécialisés coté commerce, c’est donc suivant ce découpage que je vais partager ici ce qui m’a le plus marqué pendant ces 10 jours au cœur de cette capitale qui vit 24h sur 24 !

A SUIVRE…

 

 

 

 

Enregistrer

WHITE ATELIER : l’hyper-personnalisation vue par Converse

RETAIL IN ...

 

Né en 1908 , spécialisée dans la fabrication de sabots en caoutchouc, la société Converse a rapidement dérivé son utilisation de caoutchouc vers ses « sneakers ».  Baptisé All star, en 1920, le sneaker en toile a été créé pour la pratique du basket, mais son usage s’est rapidement élargi pour devenir un accessoire des tendances.

       

Plus de 100 ans parés,  la converse n’a rien perdu de sa modernité.  Produite à l’origine en toile noire, puis marron, la célébre « Chuck Taylor » (du nom du basketteur qui a aidé à l’améliorer) s’est déclinée dans de nombreuses couleurs et autant de motifs variés, remplaçant par moment, la toile par d’autres matériaux comme le cuir ou les effets métal.  Basse ou montante, la « Chuks » ne s’est jamais démodée et a su se réinventer au fil du temps pour trouver un public sans cesse renouvelé.

A l’heure de l’hyper-spécialisation, Converse n’a pas hésité…

View original post 282 mots de plus

Un nouveau pop up store Hermès à TOKYO

Connu pour faire cohabiter tradition et innovation, le quartier de GION à Kyoto accueille depuis le 31 Mars, le nouveau pop up store d’Hermés, reconnue pour son savoir faire et la qualité de ses produits.

Caché derrière un noren blanc, juste marqué du sceau de la marque, l’entrée de cette maison traditionnelle, parfaitement restaurée, se fait discrète.

Une fois traversée la petite cour qui amène au rez de chaussée de cette maison en bois, dont le design extérieur a été conservé dans son état d’origine, (compte tenu de son emplacement dans un quartier historique protégé ), on découvre le pop up store, nouvellement installé dans un écrin de noir.  Le mobilier de bois, composé de tasseaux 50×50 qui s’entremêlent (selon la technique ancestrale du KIGUMI)  se transforme tantôt en étagère, tantôt en penderie tantôt en simple décor et  souligne avec légèreté l’espace, en laissant la part belle à la collection ici présentée.

Une plage de sable fin, visible dés l’entrée marque sans ambiguïté l’actualité du pop up, en opposition avec la précédente installation, appelée HermesMatic, qui proposait aux clientes qui avaient une écharpe ou un carré de la marque, de venir leur donner une nouvelle jeunesse.

Il faut dire que cette maison a été spécialement rénovée par Koichino Oniki (ex directeur du studio Nendo, connu entr’autre pour la conception des boutiques Camper) à l’occasion du 300 ème anniversaire du Department Store DAIMARU pour servir d’écrin à différents concepts exclusifs Hermés durant les 9 mois de son existence !

Toutes ces installations qui ont démarré en Novembre 2016 et qui se termineront en juillet de cette année, associeront l’artisant, la tradition et l’innovation, en parfait ecohérence avec le quartier dans lequel Hermes s’est installée.

Source : TOKYO