Archives pour la catégorie DECODAGE

Quel avenir pour les robots dans le retail ?

Pepper vient de fêter en toute discrétion son premier anniversaire sur notre continent.  Vendu à travers le monde à plus de 10 000 exemplaires dans 2 000 entreprises, il  a déjà séduit 300 sociétés européennes, parmi elles de nombreux acteurs du retail.
Mais pour faire quoi ??

Pepper, l’humanoïde…

Pour ceux à qui cela aurait échappé, Pepper est un robot humanoïde développé par la société française Aldebaran et le groupe japonais Softbank.  Capable d’identifier les principales émotions telles que la joie, la tristesse, la colère ou la surprise.  Il sait interpréter un sourire, un froncement de sourcil, l’intonation de la voix ou encore le langage non verbal comme par exemple l’inclinaison de la tête.  L’association de ces infos permet de déterminer si la personne située en face de lui est d’humeur plutôt positive ou négative.

4 microphones directionnels lui permettent de localiser la personne qui lui parle, ses 3 caméras (dont une 3D) lui permettent d’identifier les mouvements et de reconnaitre les émotions trahies par son interlocuteur, sa connexion  internet lui permet de répondre à bon nombre des questions et la tablette qui orne sa poitrine peut proposer un certain nombre de choix. Lire la suite Quel avenir pour les robots dans le retail ?

10 jours à TOKYO, la ville qui ne dort jamais – Intro

Quand on a vu New York et que l’on s’est nourri de l’énergie qu’elle dégage à chaque coin de rue, difficile d’imaginer qu’il existe plus grand (beaucoup plus grand !), plus haut, plus contrasté, plus lumineux, plus fréquenté et surtout plus bruyant,.. vraiment plus bruyant!

Lorsque l’on arrive à Tokyo ce qui vous frappe d’abord c’est le monde.  Le train qui vous amène de l’aéroport, vous laisse sans voix dans une gare noire de monde (quelle que soit la gare !): des milliers de personnes qui se croisent, avec empressement mais sans bousculade.  Une fois sorti de la gare, c’est le « bruit » qui vous surprend (même si le monde est toujours là, surtout si le quartier de Shibuya est votre destination, nous aurons l’occasion d’en reparler): à la fois sonore, bien sur, mais aussi visuel ! Des hauts parleurs dans les rues, qui diffusent une musique forte dés le matin, des raccoleurs devant les commerces, juchés sur des podiums de fortune pour vous inviter à profiter de leur offre commerciale, des écrans lumineux sur tous les immeubles qui entourent la gare à l’instar d’un Times Square démultiplié. Bref, le dépaysement est immédiat !

Arrivée dans la capitale japonaise pour explorer son commerce et ses innovations retail, un roadbook de 600 pages à la main : mais par quoi commencer ?

Parce que Tokyo, décidément, n’est pas New York !  Autant la ville Américaine est quadrillée d’avenues et de rues parfaitement parallèles ou perpendiculaires, autant le plan de Tokyo n’est qu’enchevêtrements de rues et de ruelles, où gratte-ciels, centres commerciaux, petites boutiques et maisons traditionnelles s’emboitent sans rigueur, sans doute un héritage de ce qu’était  Edo avant de devenir la ville moderne que nous connaissons!

Pas facile de s’y retrouver ! Pourtant cette mégapole de prés de 14 millions (et 43 millions pour son agglo) a son propre découpage en 23 arrondissements, partagés eux-mêmes en quartiers, eux mêmes découpés en « chome » dont le numéro se retrouve sur les adresses postales, pas toujours simple à décoder !

Par chance, les quartiers sont souvent assez spécialisés coté commerce, c’est donc suivant ce découpage que je vais partager ici ce qui m’a le plus marqué pendant ces 10 jours au cœur de cette capitale qui vit 24h sur 24 !

A SUIVRE…

 

 

 

 

Enregistrer

CORAZY’s : LE MUJI QUADRICOLORE !

Si je vous dis : « Objets du quotidien , simples et fonctionnels, sans fioriture et de bonne qualité, au design japonais », c’est sur vous pensez MUJI !  Mais si je rajoute « objets colorés et fabriqués exclusivement au Japon » là, il s’agit de CORAZY’s !

Cette marque a construit son concept autour de la couleur – des couleurs devrais-je dire : l’orange, le rose, le vert et le bleu qui sont      LES couleurs de CORAZY’s, choisies pour leurs évocations:

  • L’orange: reflet de la lumière du soleil
  • Le rose : symbole des émotions
  • Le vert : image de la nature et des végétaux qui la composent
  • le bleu : puissance de la mer (chère à Hokusai)

9_emmanuelle_moureaux_corazysElle propose des produits de grande qualité, dont le moindre composant a été fabriqué dans le pays, renouant ainsi avec les qualités ancestrales de l’artisanat japonais.

Vendus sur Internet, environ 150 produits (allant des articles de déco pour la maison, en passant par la papeterie et quelques accessoires de mode) sont déclinés dans chacune des couleurs, laissant ainsi chacun se plonger dans son univers coloriel.

decli-couleurs-01

Rien d’étonnant donc que CORAZY’s, à l’aube de créer son premier point de vente se soit tourné vers Emmanuelle Moureaux pour créer l’écrin de leurs produits.
Car CORAZY’s et Emmanuelle Moureaux partagent la même passion de la couleur !

Cette architecte née en France et installée au japon depuis des années, a fait du travail de la couleur une véritable spécialité.  Selon le concept de « Shikini » (littéralement : créer l’espace avec de la couleur »), elle décline depuis 2004 de nombreux projets dans des domaines variés tels que l’architecture, l’architecture d’intérieur, le design mobilier et produits.2_emmanuelle_moureaux_corazys

Le concept de ce premier point de vente s’appuie sur l’idée de la « bibliothèque ».  L’espace aux murs blancs est aménagé de grandes étagères, blanches elles aussi, s’élevant jusqu’au plafond 10_emmanuelle_moureaux_corazys

et dont les joues dessinent de grandes bandes verticales reprenant les couleurs de la marque.3_emmanuelle_moureaux_corazys

La transparence des étagères apportent de la profondeur à la présentation, en démontrant d’un seul coup d’œil, toute l’harmonie colorielle des produits.6_emmanuelle_moureaux_corazys

Pour utiliser une hauteur qui pourrait devenir inaccessible au client, une collection de faux livres reprenant un camaïeu de chaque coloris est disposée sur les étagères hautes, amplifiant la monochromie de chacune des présentations et renforçant l’effet bibliothèque recherché.4_emmanuelle_moureaux_corazys

Le magasin dégage, comme le veut la marque, enthousiasme et sentiment de bien-être, à travers chaque histoire que les objets rassemblés racontent au client.8_emmanuelle_moureaux_corazys

L’objectif de cette boutique est de donner au passant l’envie de rentrer, de flâner dans les allées, de choisir un objet qui lui parle, comme on choisirait un beau livre dans une bibliothèque, mais aussi de lui faire vivre une expérience agréable pour lui donner envie de revenir.1_emmanuelle_moureaux_corazys

Si vous êtes de passage à Tokyo, retrouvez ce point de vente, ouvert depuis Janvier,  sur Jingumae, dans le quartier chic d’Ayoma !

Adresse :
Tōkyō, Shibuya, Jingū-mae 5-51-3

Photos : © Daisuke Shima / Nacasa & Partners et corazys.com
En savoir plus : corazys.com (en japonais) et www.emmanuellemoureaux.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et si le commerce de centre ville retrouvait une place de choix dans le cœur des consommateurs ?

10

Depuis les années 70 et l’avènement de la grande distribution, le commerce de proximité n’a cessé de perdre du terrain face aux grands groupes et aux enseignes succursalistes.
La relation privilégiée du commerçant avec ses clients s’est peu à peu délitée au profit du Libre Service qui devient la règle !

Mais pourquoi le commerce de proximité a-t-il perdu sa clientèle ?

Plusieurs phénomènes ont sans doute peu à peu éloigné le chaland de son commerçant de quartier. Lire la suite Et si le commerce de centre ville retrouvait une place de choix dans le cœur des consommateurs ?

Un Décathlon pour les gens qui bougent !

Depuis juste un an , s’est ouvert, au cœur de la gare Lille Flandres, un Décathlon d’un nouveau genre !IMG_4388

175 m2 dédié principalement à la mobilité urbaine et qui vise une clientèle de voyageurs ! Les navetteurs de la semaine et les touristes du weekend y trouvent l’essentiel de l’équipement de l’urbain, regroupé en 3 univers : la mobilité douce (trottinettes, vélos et chaussures de marque), la bagagerie et une offre saisonnière. Lire la suite Un Décathlon pour les gens qui bougent !

3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 5 (fin)

Partie 5 : Hors des sentiers battus .

Si UNIQLO s’est associé ponctuellement au MOMA pour faire entrer l’art dans son point de vente, pour

GALERIA MELISSA

cela fait partie de son concept.  Le concept de cette enseigne, créée en 2012 et qui ne vend que des chaussures en caoutchouc, se situe entre la boutique de chaussures et la galerie d’art.Capture d’écran 2015-11-18 à 19.05.44

En effet, si le mobilier de présentation, aux formes non conventionnelles, est conçu pour durer, le décor lui est éphémère.Capture d’écran 2015-11-18 à 19.06.34

Tous les 3 mois, il est confié à un nouvel artiste, qui laisse libre court à son imagination, pour transformer en œuvre, grandeur nature, cette petite boutique de soho. Lire la suite 3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 5 (fin)

3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 4

La personnalisation est partout, c’est une autre tendance marquante du RETAIL 3.0, où la technologie n’a d’intérêt que si elle sert le client final, qui se veut unique.  Et cette unicité est bien souvent prise en compte, comme on vient de le voir plus tôt avec le concept BirchBox.

Partie 4 : La personnalisation au cœur du concept.

Consommer oui, mais consommer autrement, en m’appuyant sur mes propres repères ou en me construisant un offre propre.  J’ai donc scindé en 2 cette tendance : « c’est comme chez moi » et « c’est rien que pour moi »

C’EST COMME CHEZ MOI
o
ù comment le retail met le client en situation confortable, en le plongeant dans un univers familier.

HOTEL CITIZEN M

A l’instar de YOTEL, évoqué dans la partie 1, Hotel Citizen M se démarque des hôtels classiques par un parti pris original : « Se débarrasser des clichés hôteliers pour faire oublier aux clients qu’ils sont dans un hôtel  »  Capture d’écran 2015-11-17 à 19.00.28

Lire la suite 3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 4

3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 3

Annoncés comme les fossoyeurs des magasins il y a peu, les pure-players se sont rendus à l’évidence, qu’il n’y avait pas de salut sans points de vente physiques, même si celui-ci peut être éphémère.

Partie 3 : Quand les pure players traversent l’écran

LITTLE BITS l’a bien compris.

Little Bits, une start-up qui veut rendre la technologie accessible à tous, a développé une plateforme de modules électroniques interchangeables qui permettent à tout un chacun de créer ses propres objets électroniques.  Le système est enfantin, l’assemblage se fait par aimant et la création de circuit est instantanée.  Little Bits se définit comme « la boite à outils des inventeurs ».Capture d’écran 2015-11-17 à 14.21.38

Du site communautaire au lab éphémère
En kit, ou pièce par pièce, vous pouvez acheter tous les composants dont vous avez besoin pour créer un système ingénieux, sur le site de la marque, site qui partage également toutes les réalisations des clients.

Mais quoi de plus excitant que de pouvoir partager en live, la création du public.  C’est pour cette raison que Little Bits a créé son premier point de vente !  mais pas question d’ouvrir une boutique conventionnelle, ce sont des inventeurs après tout !Capture d’écran 2015-11-17 à 14.22.58

Lire la suite 3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 3

3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 2

Ce qui me frappe à chaque voyage à New York, c’est cette capacité qu’on les gens à innover ! Ici pas de frein, on a l’impression que tout est possible, qu’une idée, aussi farfelue soit-elle peut être tentée.
Et tant pis si cela ne fonctionne pas, il en restera toujours quelque chose ! Essayer c’est déjà réussir, alors que j’ai le sentiment qu’en France on se pose tellement de question qu’on a du mal à agir !Capture d’écran 2015-11-17 à 11.35.52

Si le mouvement se fait un peu sentir chez nous, une tendance forte que j’ai relevée (elle n’est pas neuve, mais elle perdure) c’est celle de l’hyper-spécialisation. J’évoquais Normal dans la première partie de ce topo, il en est un bon exemple. Alors que certains croyaient le magasin en fin de vie, une marque comme Normal est capable d’ouvrir une boutique autour d’un seul produit, qui plus est n’est pas présent physiquement.

Les exemples sont nombreux, je m’arrêterai juste sur 2 ou 3 d’entre eux, en commençant par un contrexemple , celui du multi-spécialiste » Lire la suite 3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 2

3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 1

New York, LA ville de tous les superlatifs et de tous les extrêmes,  LA ville où tout est possible et  bien évidemment LA ville de toutes les innovations RETAIL

Partie 1 : La Technologie est partout, mais où se cache-t-elle ?

Si Times Square continue à vous éblouir de ses milles feux à la nuit tombée, la présence de la technologie, à laquelle aspire tant le retailer européen, n’a pas la première place dans le retail à New York!

Je m’explique ! Bien sur qu’elle est partout cette technologie, mais pour ainsi dire, on ne la voit pas, elle ne nous écrase pas, elle est juste UTILE. Lire la suite 3 jours au cœur du RETAIL 3.0 – Partie 1