Archives du mot-clé cross canal

BOULANGER s’installe à l’OPERA !

Ouvert début septembre, le tout premier magasin parisien de l’enseigne supprime les frontières entre réel et virtuel.

IMG_3691

 » Pour notre premier magasin à Paris intra-muros, nous sommes partis d’une feuille blanche avec la volonté d’intégrer tous les codes du web et du magasin physique  ! »  déclare Emmanuel Deschamps, le directeur opérationnel de Boulanger.

IMG_3671

Le résultat : Lire la suite BOULANGER s’installe à l’OPERA !

Publicités

Un LEROY MERLIN 3.0 AU CŒUR DE LA CAPITALE !

Le 17 juin dernier sur l’ancien site de Surcouf, dans le 12 ème arrondissement s’est ouvert le 2ème magasin parisien de l’enseigne.

IMG_3655

6600 M2, répartis sur 3 niveaux, pour offrir au client parisien, pressé et souvent peu bricoleur, toutes les solutions pour la maison.

IMG_3656

 » Nous avons voulu créer un magasin hyper urbain, adapté aux parisiens.  Tout est pensé pour leur faciliter la visite et pour qu’ils ne regrettent pas leur choix  ! »  affirme Marie-Dominique Marguery la directrice de ce nouveau point de vente ! Lire la suite Un LEROY MERLIN 3.0 AU CŒUR DE LA CAPITALE !

BALSAMIK dans la « vraie vie », mais pas pour longtemps !

Depuis le 5 septembre, s’est ouvert le premier point de vente BALSAMIK au cœur de Bercy Village à Paris  ! Bien que son aménagement ne le trahisse pas, ce magasin n’est pas fait pour durer : il s’agit d’un pop up store qui quittera les lieux dés le 29 novembre !

IMG_3637

 » Une occasion de rencontrer les femmes de 40 et plus dans la vraie vie ! »  C’est ce qu’a expliqué Valérie  Van Tichelen directrice achats Movitex, à propos de cette marque présente depuis 2 ans sur le web et qui bénéficie dejà d’une forte notoriété, assise sur une pression médiatique importante. Lire la suite BALSAMIK dans la « vraie vie », mais pas pour longtemps !

TOP OFFICE MISE SUR L’INNOVATION

IMG_3430Top Office, enseigne nordiste, spécialisée dans les fournitures et le matériel de bureau pour professionnels et particuliers, ne se sentait pas reconnue sur l’ensemble de ses métiers !  Elle a donc entrepris une remise à plat de son concept, sur 7 des 36 points de vente que compte l’enseigne !

Mais qu’est-ce qui change ?

Partant d’un point de vente alors calqué sur le rayon spécialisé d’un hyper, Top Office a reconstruit son point de vente autour de ses 4 métiers, pour leur donner plus de visibilité et fluidifier le parcours client !  IMG_3415

IMG_3407

AKDV  leur a construit un nouvel écrin, parfaitement segmenté : informatique, papeterie et mobilier s’enchainent en couleurs, sur le périphérique du magasin, interrompu par une tour de classeurs multicolore et hors d’échelle, véritable totem en fond de magasin !IMG_3417

Le pôle « atelier d’impression », jusqu’ici mal connu, trône quant à lui, fièrement au centre du point de vente, apportant une foule de services en proximité clients.IMG_3408

Des innovations au service du client !

Se positionner comme spécialiste de l’impression est un des axes majeurs de ce concept.  Impossible donc, pour Top Office, de passer à coté de l’impression 3D !  D’autant, qu’il est inscrit dans l’ADN de la marque, la volonté de « faire réussir les projets des clients ».  L’objectif a donc été de démocratiser l’impression 3D, à la fois en proposant un tarif abordable (prix maxi 40HT) et en donnant la possibilité de traiter cette impression à distance, en bois ou en plastique, avec une restitution sous 48H .IMG_3409

« Imprimer où que je sois » est un autre service innovant proposé par Top Office avec « MOBILE PRINT ». Le principe est simple, en envoyant des fichiers depuis un smartphone ou une tablette, à l’adresse « impression@top-office.com », vous recevez un code à 6       chiffres qui vous permettra d’imprimer en Libre Service dans n’importe quel Top Office . Idéal pour les globe trotters !IMG_3413

Car en dehors de l' »atelier d’impression » qui réalise du tampon encreur à l’impression grand format, en passant par les cartes de visite et les flyers, une batterie d’imprimantes est en Libre Service.

IMG_3418

Et comme la générosité doit aussi faire partie de l’ADN de la Top Office, 2 grands espaces de travail sont à la disposition des clients, pour terminer un dossier ou pour relever ses mails !IMG_3411

Coté produits, des innovations également !

Après avoir été précurseurs dans la distribution du KUBB, cet ordinateur qui révolutionne le PC, Top Office a développé un bureau connecté, qui, pour 199 €, permet la recharge par induction de votre smartphone et le branchement de vos appareils électriques, une première à ce prix là !

Et pour joindre l’économique au respect de l’environnement, le magasin de Villeneuve d’Ascq, teste une gamme d’imprimantes reconditionnées, composée de produits de qualité, reconditionnés en France et garantis !  Une belle manière d’éviter le gaspillage et de réduire le coût copie.IMG_3424

Un message fort aux professionnels !

Si la clientèle de particuliers se retrouve facilement au travers des services qui lui sont proposés, il fallait mettre l’accent sur ceux destinés aux professionnels !  C’est chose faite coté mobilier, où son positionnement en entrée et son implantation revue démontrent le savoir faire de l’enseigne en terme d’aménagement de l’espace et d’accompagnement à la réalisation d’openspace par exemple.IMG_3419

Et pour ré-assurer les clients, un « atelier informatique » propose installation, maintenance et SAV.  Pas de cours pour l’instant, mais j’ai cru comprendre que ce serait bientôt d’actualité !

Un concept simple et efficace, qui se tient plutôt bien, à l’exception de la zone « caisses » qui semble avoir été oubliée par les concepteurs!IMG_3405

Pour en savoir plus : http://www.top-office.com

 

 

CARREFOUR EURALILLE : L’HYPER-URBAIN MULTIFACETTES

IMG_3338

Pas si simple d’être un hypermarché au cœur du 3ème quartier d’affaires de France !
Pas si simple d’être un lieu de passage entre 2 gares internationales peuplées de « navetiers » pressés !
Pas si simple d’être implanté au pied de résidences bourrées d’étudiants hyper-connectés !
Pas si simple de jongler entre une clientèle active de bureau, en attente d’efficacité et une clientèle de proximité, désireuse de convivialité et de praticité !
Pas si simple de répondre à   toutes ces attentes parfois bien opposées, surtout, quand l’hypermarché en question est implanté sur 12 000M2 sur 2 étages, au fond d’une galerie commerciale, alors que le consommateur, de plus en plus pressé, se tourne naturellement vers la vente à distance et le Drive !
Pas si simple, me direz vous !  C’était sans compter sur la détermination de Thierry Demettre, le directeur et des équipes de Carrefour !

Profitant de la rénovation du Centre Commercial vieillissant, les équipes ont repensé complètement leur hypermarché, du point de vue de leurs clients multiples : les écouter a permis de les comprendre et de leur offrir l’hyper qui leur ressemblait !

Pour cela, le nouvel hyper a été construit autour de 4 axes :

1. Tant qu’à être urbain, soyons le vraiment !

Ici tout est fait pour l’achat rapide ! Le plan du magasin a été redessiné, réduisant la surface à 7800 M2 sur un même niveau, sans perdre en offre produits .

Loin des implantations classiques, les rayons sont organisés par besoin et judicieusement implantés en fonction des 2 accès au point de vente.  Les gammes ont été revues, en complémentarité de l’offre du centre commercial.

Pas de pharmacie, ni de librairie dans la galerie ?  Qu’importe, dés l’entré de l’hyper, on trouve une parapharmacie, isolée du reste du magasin et un rayon presse proposant + de 2000 titres ; de quoi faire ses achats rapidement avant de sauter dans le prochain train !IMG_3346

De passage ou à la pause déjeuner, l’autre accès vous amène directement au pôle « snacking » particulièrement développé, mêlant  linéaires de produits préparés et sandwichs faits sur place !  Vous pourrez réchauffer votre plat préparé ou avaler votre sandwich, confortablement installés sur des grandes tables, disposées tant à l’intérieur, qu’à l’extérieur du point de vente.IMG_3365

2. De la convivialité pour plus de proximité !

IMG_3358Pour répondre aux besoins des clients de proximité, l’accent a été particulièrement mis sur le développement des produits frais, créant en fond de point de vente, une réélle « place du marché » dont l’offre a été complètement repensée en fonction des moments de vie clients.  Des espaces thématiques ont été développés par exemple, autour des moments festifs et des envies de manger différemment.

IMG_3353Corners de produits italiens ou espagnols, boutique du saumon fumé (où le saumon est fumé et tranché devant le client), produits traiteur élaborés sur place, pains, viennoiseries et pâtisseries faites maison par des professionnels se partagent l’espace avec les habituels stands fromage, charcuterie, boucherie et poissonnerie, qui n’ont à rougir de rien non plus !IMG_3357

Au centre de cette place, le rayon fruits et légumes met en valeur les producteurs locaux ! Car ici, si la clientèle est étrangère à plus de 20%, on revendique son implantation locale par un marquage fort des produits régionaux mais aussi par un rayon complet proche de la sortie, proposant un large choix de produits du nord, qui ne demandent qu’à être emmenés comme souvenirs par les voyageurs de passage !IMG_3360

Mais la « nourriture » peut également prendre une forme plus subtile encore, celle de la nourriture de l’esprit ! Car la culture n’a pas été rognée dans le cadre de la réduction de surface, bien au contraire !  Force historique de ce magasin, le rayon a été développé, densifié grâce à des bibliothèques coulissantes et aménagé pour donner envie au client de se poser quelques instants pour parcourir le pitch du dernier Best seller ou tout simplement faire une pause .IMG_3351

3. De la praticité pour gagner du temps !

Être un hypermarché urbain oblige ! Il fallait, en plus d’une offre hyper-adaptée, réfléchir aux services les plus attendus par les clients.  Faire ses courses entre midi et deux quand on travaille juste à coté, et se faire livrer le soir, quelle belle idée !  Muni d’un self scanning, le (la) client(e) remplit son caddy, passe à la caisse qui lui est dédiée et laisse le soin au livreur d’emballer ses courses et de les lui livrer à domicile à l’heure convenue !IMG_3362

Le client préfère commander* depuis son mobile ou son ordi et venir chercher les produits en magasin.  Pas de souci avec le « click and collect » (*sauf alimentaire).
Plus encore, pour les aficionados de la commande en ligne, Carrefour offre la possibilité de retirer leurs colis, commandés n’importe où sur le web, dans leur relai Kiala.

4. L’innovation au service du client !

Le commerce est en mouvement permanent, aujourd’hui plus qu’hier, mais l’innovation n’a de sens que si elle est utile au client !
Bien sûr, ici le Wifi est gratuit et illimité, on peut payer sans contact, cela devient la règle ! Mais le magasin est à l’origine d’une première mondiale : une application dédiée géolocalise les produits en promo, grâce à la technologie LED.

000134218_75
photo LSA

« Promo C-où », une fois embarquée sur votre Iphone, vous emmène à quelques centimètres des produits que vous aurez repérés sur le site ou dans le tract en cours.  De quoi vous éviter de perdre du temps en cherchant la bonne affaire.

Un hyper ouvert sur la galerie !

Pour que le parcours client se termine en beauté, la ligne de caisse a été , elle aussi, complètement rénovée.
A chaque extrémité, un pôle de 15 caisses en LS et 2 pôles de 10 et 16 caisses paniers gérés chacuns par une file unique, encadrent quelques caisses classiques.  De quoi fluidifier cette dernière formalité.IMG_3343

Ouverts sur la galerie, on retrouve les classiques services de Carrefour, qui ont été ici tous recentrés autour d’un même comptoir: Accueil, SAV, billeterie, click and collect, retrait des colis,…

Une innovation encore, toujours pour répondre aux demandes des clients, une véritable boutique de fleuriste jouxte cette zone de services.  Ouverte elle aussi sur la galerie, elle propose aux visiteurs une prestation offerte par du personnel Carrefour spécialement formé à ce nouveau service et qui a découvert un nouveau métier.IMG_3337

Si Carrefour Euralille s’est appuyé sur la connaissance de ses clients multiples pour créer un hyper à leur image, il a également amené certains de ses collaborateurs à évoluer vers de nouveaux métiers !

Bravo pour l’initiative et le résultat !

Pour en savoir plus : http://www.carrefour.fr/magasin/lille

 

 

QUEL AVENIR POUR LE COMMERCE ou QUEL COMMERCE A L’AVENIR ?

Fini le commerce traditionnel , fini l’E-commerce qui est venu le faire trembler ! Place au Commerce, avec un grand C : le Commerce sans frontière entre le réel et le virtuel, le physique et le digital !

A l’avenir, pour le shopping, nous aurons tendance à déserter les points de vente physiques, pour acheter de plus en plus depuis nos téléphones ou nos tablettes ! Mais cela signifie-t-il pour autant la disparition des centres commerciaux, des supermarchés, ni même des petites boutiques !  Certes ce ne sera pas facile tous les jours, mais ces magasins devront évoluer, offrir aux consommateurs des services et des expériences remarquables, plutôt que de chercher à lui « vendre » à tout prix un produit, à l’instar d’Apple.e5741c90-eb14-11e3-a57f-22000a9ab58d-medium

Le commerce qui combinera achats ON line et OFF line sera la norm, permettant de retirer en magasin, les produits commandés sur le Web, ou de se faire livrer par le Web, les produits testés en magasin. Et tout cela facilité par le développement des nouvelles technologie ou de nouveaux services !

LA TECHNOLOGIE AU SECOURS DE L’EXPÉRIENCE CLIENTS!

Conçu initialement pour palier à l’impossibilité d’essayer des vêtements depuis un site, les hologrammes, comme pour démontrer la chute des frontières entre les anciens rivaux, ont débarqués dans les points de vente physiques pour améliorer l’expérience client, facilitant la phase de choix, lui permettant de se projeter dans un vêtement sans même devoir l’enfiler ! Lire la suite QUEL AVENIR POUR LE COMMERCE ou QUEL COMMERCE A L’AVENIR ?

L’identité visuelle et le « RETAIL STAGING » au secours du point de vente connecté.

mouton

Passée la panique de voir le magasin physique disparaitre au profit du commerce essentiellement digital (favorisé par l’avènement d’Internet), il est important d’analyser les conditions de survie du point de vente physique et de sa pérennité.  Car la partie n’est pas gagnée !

REDONNER LE PLAISIR D’ACHETER EN MAGASIN

Evoluer ou mourir c’est le destin du point de vente!
Poussé par la modification du comportement du consommateur, les retailers ont adapté le point de vente aux attentes de celui-ci : lui faire vivre une expérience complémentaire à son expérience digitale. Lire la suite L’identité visuelle et le « RETAIL STAGING » au secours du point de vente connecté.

Nouveaux mots du marketing et du commerce connecté.

072022B - Hands flicking through text book.

Si vous vous intéressez un peu aux différents écrits sur le marketing, les réseaux sociaux et le commerce connecté, sans doute vous êtes vous trouvés face à des mots dont la signification vous échappe !

On a depuis longtemps été habitué aux anglicismes et autres raccourcis utilisés dans le monde du marketing et de la communication, mais depuis quelques temps, avec l’évolution du commerce, les choses se compliquent.

Outre les mots anglais repris (ne dites plus ordinateur ou  tablette, dites  « device »),
on découvre des expressions (en général réversibles telle que « Web to store et Store to Web),
des associations de mots pour en créer de nouveau en anglais (crowdsourcing, chatbot, astroturfing,…) ou en français (phygital, mobiquité, …)
mais la vraie tendance est à l’acronyme (ROPO, ATAWAD et autre SoLoMo)

Voici donc un humble ( et incomplet) éclairage de ces nouveaux mots qui jalonnent lectures et discussions ! Lire la suite Nouveaux mots du marketing et du commerce connecté.

Dompter le showrooming en rendant le point de vente interactif !

showrooming2Face à un consommateur de plus en plus connecté, le point de vente doit réagir et plutôt que de la combattre, doit s’appuyer sur la technologie, pour fidéliser le client !

Même si le magasin reste le canal d’achat privilégié pour + de 75% des clients, celui-ci n’hésite pas à comparer les prix en magasin et le cas échéant à quitter le point de vente pour acheter ailleurs (dans un autre point de vente, ou sur un site, y compris parfois sur le site de la marque)

Mais plutôt que de le décourager d’utiliser son mobile, il faut lui donner l’occasion de ne pas perdre le fil qui le lie aux nouvelles technologies !

CRÉER UNE RELATION SANS COUTURE, entre le consommateur et la marque, par la cohérence de l’ensemble des canaux.

En veillant à faire converger l’expérience client au travers du web, du mobile et du point de vente, vous réduirez la tentation du shopper, de quitter le point de vente sans acheter. Lire la suite Dompter le showrooming en rendant le point de vente interactif !

Magasins et internet : l’interdépendance avant la convergence

Men embrace showrooming for holiday shoppingLes années de crise ont profondément changé les habitudes de consommation : de nouveaux comportements apparaissent.  Le consommateur, en perpétuel mouvement, avec des exigences toujours croissantes fait bouger les lignes du commerce.

Ainsi, la fréquentation des magasins physiques a souffert, tandis qu’internet s’est joué de la crise. Pour autant la question de savoir si internet peut menacer l’existence des magasins est aujourd’hui dépassée. En effet, comme le révèle L’Observatoire Cetelem 2014, les consommateurs ont tranché : ils veulent internet et les magasins. Vouloir séparer le « online » et le « offline » n’a plus aucun sens.

En fait la vraie question est de savoir comment internet va aider les points de vente à se réinventer.  Le Web peut générer des flux en magasin.  Il peut augmenter la fidélisation et jouer un rôle essentiel dans le parcours client.

70% des derniers achats de européens ont été réalisés en magasin.

Le magasin reste, en effet, le lieu de référence pour concrétiser leur loi consumériste. Tandis que 43% des européens déclarent qu’ils s’y rendront exclusivement pour leurs achats, c’est 59% des Français qui l’affirment. Par ailleurs, le commerce de détail sur internet aux Etats-Unis ne représente que 7% du commerce total. Idem en France, hors alimentation. Lire la suite Magasins et internet : l’interdépendance avant la convergence